Un nouveau créateur à découvrir,
une jolie adresse à partager,
une destination à tester
et plein d’autres choses encore.

Abonnez-vous à la newsletter French Mômes
pour recevoir toute notre actualité.

Balibert

 

Pour la petite histoire, j’ai découvert Balibert il y a quelques temps en me rendant chez OMY dans le 10ème !

Ces deux-là sont voisins, deux défenseurs de l’économie locale dans la même rue, sur le même trottoir, bref côte à côte…
Voire le Made in France envahir les rues de France et de Navarre, pour nous c’est un peu à ça que ressemble le bonheur !

Du coup, en sortant de chez OMY, j’ai poussé la porte de cette jolie épicerie à la devanture d’un vert
parfaitement Instagrammable ! Eh oui, la décoration de cette échoppe dépoussière l’image souvent un peu trop traditionnelle des épiceries fines. Chez Balibert, c’est lumineux et convivial, très joliment scénographié, bref on s’y sent parfaitement bien !

Et on y trouve quoi ?
Des spécialités régionales souvent peu connues, des produits très confidentiels aux parfums de terroir, des trésors gustatifs qu’il est souvent compliqué de dénicher dans les grandes villes.
J’y ai ainsi découvert le célèbre fondant au chocolat Le Baulois et une moutarde aux fruits Castenelnau de Montmiral exquise.

Ce que j’aime particulièrement chez Balibert, c’est qu’il s’agit avant tout d’une histoire humaine.
Il y a d’abord la rencontre d’Alice et de Bertrand, le jeune couple épicurien à l’origine de cette aventure,
et puis il y a surtout celle des producteurs. Car Alice et Bertrand connaissent chacun d’eux et les ont tous rencontrés
dans leur ferme, leur atelier ou sur les marchés…

Une approche qui nous va bien et qui nous a donné envie d’en savoir plus !
Merci à ces deux passionnés d’avoir répondu à nos questions… Et pour ceux qui n’habitent pas à Paris, pas de panique,
vous pouvez vous procurer ces produits, au goût exceptionnel via leur site internet.

frenchmomes-balibert23
En mode création

Racontez-nous qui vous êtes en quelques mots ?
Nous sommes un couple épicurien, passionné de bons produits et particulièrement de ceux du Sud-Ouest
dont nous sommes originaires. Chez nous, on parlait au déjeuner de ce qu’on allait avoir au diner !
Nous avons souhaité construire un projet professionnel autour de notre passion commune.

Que faisiez-vous avant Balibert ?
Nous finissions nos études. Nous avons très vite réfléchi à un projet à monter tous les 2.
Rapidement l’idée de créer une épicerie nous est venue, mais différente.

Qu’est-ce qui vous a donné envie de créer cette épicerie dédiée au terroir français ?
Le manque de canard !
Nous venons d’une région où la gastronomie est très importante.
Quand nous sommes arrivés à Paris, nous avons remarqué que les épiceries proposaient souvent les mêmes choses.
Nous souhaitions avoir une démarche différente, trouver des produits uniques et introuvables à Paris,
aller fouiller sur les marchés de France, établir un lien direct avec les producteurs, connaitre les lieux de fabrication etc…
Nous ne souhaitions pas aller nous approvisionner sur les salons comme le font beaucoup d’autres.

Si vous deviez définir Balibert en 3 mots
Traçabilité, Générosité, Qualité

Qu’est ce qui vous plaît le plus dans cette aventure ?
La liberté ! La liberté de choisir les produits, de faire ce qu’on aime, de ne rendre de compte à personne.
Mais aussi d’être au contact de personnes passionnées, que ce soit nos producteurs ou notre clientèle.

Quel est le meilleur conseil que l’on vous ait donné ?
De commencer petit ! Tester le projet et après se développer.

Des projets ?
Lancer les apéros Balibert avant l’été, ici à l’échoppe. Et rapidement ouvrir un deuxième point de vente.

en mode frenchy

La France c’est…
C’est bon, c’est beau, c’est gourmand !

Pourquoi le terroir français ?
Sans être chauvin il y a vraiment de quoi faire. A chacune de nos tournées on se rend compte de la richesse du terroir français, de son savoir-faire et de l’importance qu’il représente pour tout le monde.

Comment sélectionnez-vous vos produits ?
On organise des tournées producteurs dans les régions. On fait les marchés, les fermes… On goûte tout, on teste
et on ne sélectionne que le meilleur. Il faut quand même qu’on soit sûr de la qualité préalablement : petits producteurs, agriculture raisonnée ou biologique. On travaille essentiellement avec des producteurs qui ne sont pas distribués
dans les enseignes parisiennes.

Consommez vous Made in France ?
Pour la nourriture on peut dire presque à 100%. On achète nos légumes chez un producteur d’île de France le mercredi
et samedi sur un marché dans le 20ème. La viande chez un petit boucher. On achète aucun produit transformé…
donc c’est en fait très facile de consommer français et non ce n’est pas plus cher.
Mais ça n’a rien de révolutionnaire… Nos grand-parents faisaient déjà comme ça.

Est ce un argument important pour vos clients ? Ressentez-vous une évolution des mentalités à ce sujet ?
Je sais pas si c’est un argument important. C’est surtout logique dans notre démarche. On privilégie les circuits courts,
la qualité, le savoir-faire… et encore une fois sans être chauvin, qui fait mieux le pâté que les Français ?
J’espère vraiment que les mentalités changeront, que c’est pas juste « une mode ».
C’est important, c’est même à mon avis primordial de changer ses habitudes de consommation,
de tourner le dos à la grande consommation, aux lasagnes de cheval et tout et tout !

en mode gourmand

Votre chef français préféré ?
On a plein de chefs préférés que ce soit les grands chefs ou des plus jeunes.
Ce qu’on aime surtout ce sont les chefs qui sont passionnés et qui mettent le terroir de leur région en avant
en travaillant en fonction des saisons.

Plutôt sucré ou salé ?
Salé !

Votre péché mignon ?
Notre saucisse sèche de canard avec du beurre et du pain de campagne.

Une recette inratable ?
La tarte à la tomate avec en base de la moutarde aux fruits.

Votre cantine préférée ?
Chez nous !  On a pas le temps de manger dehors, donc la cantine c’est soit les sandwichs Balibert
(avec une préférence pour celui à la saucisse sèche de canard et beurre, LE classique) soit les petits plats que prépare Alice.

Un restaurant trop bon ?
Le Galopin, Place Sainte Marthe

frenchmomes-balibert19frenchmomes-balibert20frenchmomes-balibert2frenchmomes-balibert8frenchmomes-balibert1frenchmomes-balibert3frenchmomes-balibert6frenchmomes-balibert11frenchmomes-balibert15frenchmomes-balibert5frenchmomes-balibert13frenchmomes-balibert10frenchmomes-balibert9frenchmomes-balibert4             frenchmomes-balibert16frenchmomes-balibert18frenchmomes-balibert22