Un nouveau créateur à découvrir,
une jolie adresse à partager,
une destination à tester
et plein d’autres choses encore.

Abonnez-vous à la newsletter French Mômes
pour recevoir toute notre actualité.

City Guide by Julie Flamingo

 

 

Rien de tel pour chasser le blues de la rentrée que de penser à ses prochaines vacances.
Et si on partait à Nantes ?
J’ai envie de découvrir cette ville depuis quelque temps déjà et le City Guide de Julie Flamingo m’a définitivement convaincue.

Julie je l’ai connue sur Instagram et c’est l’un des comptes que je suis toujours avec beaucoup de plaisir.
J’adore tout : ses jolis photos, son regard d’enfant, sa prose sensible et juste, et surtout ses bonnes adresses.
Alors dès qu’elle a sorti son guide, j’ai absolument voulu le découvrir et je n’ai pas été déçue.
Le City Guide est exactement ce que je recherche quand je voyage.

Original, son format est aussi idéal. Très pratique, il est léger et ne prend pas de place.
Il est super joli et graphiquement très réussi.
Pour cette édition Julie a collaboré avec Noémie Cédille, graphiste et illustrateur de talent.
Le résultat : un univers naïf, plein de poésie.

Pensé comme un objet évolutif, le City Guide de Julie permet de prolonger l’expérience du voyage une fois rentrés à la maison en offrant la possibilité d’encadrer cette jolie carte.

Enfin la centaine d’adresses soigneusement sélectionnées met en lumière petits commerces indépendants, lieux kids friendly, restauration locale et adresses confidentielles.
Tout ce qu’on aime chez French Mômes !

Evidemment la fabrication du City Guide est française.
Made in France et surtout made in Bretagne, il est imprimé dans le Finistère avec des encres 100% végétales.

Vous l’aurez compris ce guide a tout bon !
Encore bravo Julie et merci d’avoir répondu à nos questions.

cityguidenantes12

En mode création

Racontes-nous qui tu es et quel est ton parcours en quelques mots ?
Je suis Julie, une fille de plasticiens qui a pris une voie bien éloignée des arts et de la création.
Je rêvais de devenir journaliste économique, je suis finalement devenue Responsable Ressources Humaines
dans le monde du conseil et de l’ingénierie. J’aime mon métier et surtout j’aime profondément les hommes
mais la part de créativité est limitée. Mon compte Instagram comble ce manque là.

Qu’est-ce qui t’as donné envie de créer ce City Guide ?
Mon idée de city guide est née de ma passion des voyages et de la façon dont je les prépare avec minutie.
Je passe des heures à lire des ouvrages, à flâner de blog en journaux locaux à la recherche de choses à faire
qui nous ressemblent, de belles et bonnes adresses. Pour cela, j’achète souvent des guides indépendants,
qui sortent des sentiers battus. Aux USA par exemple, ils sont friands de cartes illustrées, ils en font sur tout
comme « où manger les meilleurs burgers à NY », j’adore ! Je trouvais qu’en France, il existait encore trop peu de propositions
et j’avais envie d’apporter mon regard, très sollicité sur Instagram (il ne se passe pas un jour sans que je reçoive des messages me demandant comment organiser un voyage en Floride, quel est ma bonne adresse pour bruncher à Nantes, comment voyager en famille à Lisbonne, etc….)

Combien de temps as-tu mis pour le réaliser ? Quelles en ont été les principales étapes de création ?
J’avais cette idée en tête depuis environ 3 ans quand j’ai découvert les cartes de Herb Lester.
A l’époque, j’avais fermé mon premier compte Instagram et j’ai donc laissé cette idée dormir dans un coin.
Un soir j’ai parlé de ça à une amie, j’ai vu ses yeux briller et elle m’a dit « fonce ! ».
Entre ce jour là et le lancement du City Guide, il s’est passé 4 mois ! Cela a été très intense, je voulais absolument qu’il sorte
en même temps que le démarrage du Voyage à Nantes (un programme artistique et touristique pour découvrir la ville).
Les grandes étapes ont été le choix de l’illustratrice, j’avais en tête le travail de Noémie qui illustre à merveille des petits bouts de ville dans le magazine Mint. Cette collaboration est un gros coup de coeur.
Cartographier la ville avec Noémie nous a aussi pris beaucoup de temps, chercher la bonne échelle, sélectionner et imaginer
les pictogrammes pour illustrer la ville. Le choix du papier a été cornélien, j’ai été très exigeante sur le sujet, je voulais un papier qui résiste au temps, aux nombreux pliages/dépliages, qui soit cependant souple et velouté sous la main.
Enfin, la plus grosse partie a été la rédaction ! J’avais un impératif de format, d’imposition et donc d’espace.
Il m’a fallu réussir à décrire 110 atmosphères d’adresses en 50 mots maximum chacune ! L’exercice n’a pas été facile.
Mais j’ai un super « partner » dans cette aventure : mon amoureux. Sans lui, rien n’aurait été pareil, ni possible.

Quelle est la particularité de ce guide ? Quels sont ses petits plus ?
La particularité est de vendre mon regard. J’utilise d’ailleurs le « je », je n’ai pas connaissance de guides qui utilisent
ce parti-pris. Ce sont des adresses qui me ressemblent, elles sont affectives, il y a du sentiment.
Je crois que les lecteurs qui achètent ma carte attendent ça. J’ai eu beaucoup de retour, de mots doux et chaleureux me disant
« j’ai adoré ce côté amie qui partage ses adresses favorites et confidentielles ».  Toujours dans cet aspect très personnel,
j’ai voulu donner à mon guide ce que moi-même je recherche : la possibilité de prolonger le voyage.
D’abord par une extension à la carte, un petit bonus qui permet de réaliser un second voyage, un road trip.
Enfin, nous avons pensé l’illustration comme une affiche (100% graphique, sans textes « polluant l’image »)
laissant ainsi la possibilité de l’encadrer, toujours dans l’idée de prolonger le voyage au creux des murs de sa maison.
Cette idée là est née de ma propre expérience : je ramène toujours un tube un peu encombrant dans mes valises, dans lequel
se cache une belle carte que j’encadre une fois rentrée. Dès que je pose les yeux dessus, je me retrouve là-bas, en Louisiane
ou à Brooklyn. Je voulais offrir cette expérience à mes lecteurs.
On peut aussi souligner que c’est un produit 100% auto-produit et auto-édité.

Après Nantes, quelle ville as-tu envie de nous faire découvrir ?
Entre deux villes mon coeur balance. J’hésite entre Bordeaux, une belle ville française un peu comparable à Nantes.
Ou Lisbonne, une capitale européenne que j’affectionne infiniment et qui était le lieu de nos dernières vacances.

Le City Guide sera-t’il uniquement destiné aux villes de France ?
Non pas nécessairement. J’ai tant d’adresses préparées pour mes précédents voyages que j’aimerai dévoiler.
J’ai beaucoup de matière pour Paris, Londres, New-York, Séville, la Californie, Barcelone, Berlin, La Louisiane, La Floride…
Les idées ne manquent pas !

Tu privilégies le made in France, une consommation locale et les petits créateurs.
Peux-tu nous en dire un peu plus sur cette démarche et notamment par rapport à ton City Guide ?

Effectivement, l’ADN de cette série de maps est guidé par la promotion du commerce indépendant, la restauration locavore.
J’ai envie, à ma petite échelle, de faire la part belle à toutes ces initiatives que je salue et que j’admire.
Mon guide privilégie le made in France, de l’illustration, en passant par la correction, jusqu’à l’impression.
J’ai choisi un imprimeur breton, de mon Finistère natal, qui travaille avec des encres végétales.
Mon papier est italien au regard de mon exigence de qualité, mais il est 100% recyclable et certifié FSC.

En mode voyage

Dans ta valise il y a ?
Toujours une petite trousse pour ma cueillette de coquillages. Un joli carnet. Un lait solaire Aesop à la menthe. Des marinières.

Un bon roman à apporter en voyage ?
Je viens de terminer « La petite boulangerie du bout du monde », c’est léger, chick-lit, mais ça a parlé à mon coeur de fille
de la mer. Je me suis sentie au bout du monde, entourée par les vagues et l’océan. J’ai pleuré quand une histoire de naufrage m’a rappelé ma propre histoire. J’ai aussi beaucoup aimé « Cet instant là » de Douglas Kennedy, une belle histoire d’amour contrariée dans le Berlin de l’Allemagne de l’Est.

Ta prochaine destination de vacances ?
Retourner à Lisbonne en amoureux. Et la montagne à Noël, au creux de la vallée de l’Ubaye.

Plutôt sac à dos à l’aventure ou détente en chambre d’hôtes ?
Un mix des deux : j’aime l’aventure et la découverte, mais bien dosées, et surtout savamment préparées à l’avance.
Je déteste ne pas savoir où je vais dormir en vacances, tout simplement parce que l’hôtel ou la chambre d’hôte font partie
du voyage, des endroits précis que je souhaite découvrir.
J’aime le confort et le 100% improvisation façon routard n’est pas quelque chose qui me correspond.

Organises-tu tes vacances à l’avance ou préfères-tu improviser ?
Vous l’avez compris, mes vacances sont minutieusement préparées.
Hôtels ou appartement AirBnB bookés à l’avance, repérage d’adresses, de choses à faire, guides indépendants lus et relus.
Par contre, une fois sur place, aucun planning, on se donne juste un cap, un village, un quartier et on marche (énormément)
le nez au vent, ouvert à la découverte et à nos sensations.

Quels souvenirs aimes-tu rapporter de tes voyages ?
Je suis folle des souvenirs de voyage, je pars toujours les bagages à moitié vides car je sais que je vais craquer et me faire plaisir : des beaux produits (hygiène, food, entretien) aux packagings parfaits, des beaux livres (je n’aime pas les acheter en ligne
au retour, je les préfère dans la langue du pays que je visite). Je suis addict à la vaisselle. A chaque voyage, je rapporte un peu de céramique d’un artiste local. Il n’y a rien de mieux pour prolonger son voyage que de boire son café dans une tasse d’un pays lointain. Je ramène aussi toujours des coquillages ou des pierres et du bois, parfois des plantes si ça passe à la douane.

En mode miroir

Ton occupation favorite ?
J’aime lire, j’adore écrire et faire de la photo.
J’aime raconter des histoires à mes garçons.
Mais ce que je préfère au monde c’est leur faire des bisous dans le cou et câliner leur peau toute douce.

Ton rêve de bonheur ?
Je n’ai pas de rêve de bonheur autre que celui de faire perdurer celui que j’ai atteint à ce jour.
Je me sens profondément heureuse, entourée de mes proches que j’aime et qui m’aiment.

Le don de la nature que tu aimerais avoir ?
J’aimerais beaucoup avoir le don de téléportation, apprendre à transplaner comme Harry Potter et se retrouver à manger
des oeufs Benedicte au Blue Heaven de Key west en Floride, ça serait tellement cool !

Ta devise ?
J’aime emprunter cette phrase de Matisse pour décrire ma vision de la vie « il y a des fleurs partout pour qui sait les voir »

cityguidenantes1cityguidenantes3cityguidenantes11cityguidenantes5cityguidenantes4cityguidenantes7cityguidenantes10